jeudi 27 novembre 2008

Wikipédia et l'actualité : l'exemple de Bombay

Façade du Leopold Cafe, célèbre restaurant de Bombay cible d'une des attaques terroristes survenues le 26 novembre 2008.
© Greg O'Beirne (Gobeirne)
Ça n'a pas loupé : au-delà des attentats de Bombay, on a vu apparaître, sur la Wikipédia, en anglais, une « biographie » de Hemant Karkare, biographie qui, à mon avis, ne dira jamais rien d'autre que ce qu'elle dit actuellement. Cela dit, c'est le problème de la communauté anglophone, de se laisser envahir par ce type d'ébauches qui restereront à jamais des « bouchons », faute de pouvoir trouver des éléments suffisamment notables, intéressants et surtout sourcés relatifs au sujet évoqué.

Mais le risque existe sur Wikipédia en français puisque, dans l'article « Décès en novembre 2008 », est apparu un superbe lien rouge vers un article à créer sur Hemant Karkare, accompagné au passage de ce qui ressemble à une (légère ?) erreur factuelle : M. Karkare semble ne pas avoir été, à proprement parler, « chef de l'unité anti-terrorisme de l'Inde », comme l'indique notre article, mais plutôt de l'unité anti-terroriste indienne sise à Bombay. Il semble en effet que le gouvernement indien, après l'avoir décidé il y a une quinzaine de mois, soit en train de mettre sur pied une autre unité anti-terroriste ayant pour siège la ville de Bangalore.

Je veux bien que la notoriété du personnage de Jack Bauer et, dans une moindre mesure, de ses successeurs à la tête de la « Cellule anti-terroriste de Los Angeles », dans le feuilleton télévisé 24, modifie la perception que peuvent avoir les gens sur la notoriété réelle de ces soldats de l'ombre qui luttent contre le terrorisme, mais il me semble quand même que certains ont le jugement bien obscurci... Tandis que le plus important, dans l'événement constitué par ces attaques venant de supposés islamistes, reste quand même à analyser, au-delà de l'anecdotique ou du détail annexe.

Par contre, on peut tout de même imaginer que, au final, l'événement ne se révèle indirectement bénéfique pour le développement des articles consacrés à des lieux précis de la ville de Bombay : le Leopold Cafe, par exemple, semble avoir une longue histoire, comme peut le laisse supposer la date 1871 sur la façade, et a été abondamment utilisé dans l'intrigue d'un roman publié en 2003. Quelques autres lieux, cités dans l'article « November 2008 Mumbai attacks » de la Wikipédia en anglais, sont également susceptibles de bénéficier de l'effet piranha, tout simplement parce qu'il y a des choses tangibles à rapporter à leur sujet, ce qui n'est à mon avis pas le cas pour le chef de l'unité anti-terroriste de Bombay, aussi estimable soit le travail fourni par lui et son équipe.

Voir aussi, précédemment, mon billet « Traitement de l'actualité sur Wikipédia » (23 novembre 2008).

5 commentaires:

Apollon a dit…

Je connais du monde qui était dans ce café pendant les attaques. Aucun n'est mort :)

Scrongneugneu a dit…

@ Apollon : Ramdeep Ramesh, dans le Guardian publié ce matin jeudi 27 novembre, semble avoir recouru à cette phrase, pour évoquer l'épisode du Leopold Cafe : « The gunmen then sprayed bullets at a popular restaurant, Cafe Leopold, leaving it with bloodstains on the floor and shoes left by fleeing customers. »

Pour ma part, n'ayant pas creusé la question, en dehors du caractère à mon avis « anecdotique » d'une biographie du défunt chef de l'unité anti-terroriste de Bombay, je ne tire aucune conclusion sur le déroulement des événements.

DC a dit…

"vennat" -> venant

Scrongneugneu a dit…

@ DC : merci :D. C'est corrigé.

Apollon a dit…

Ah je me suis mal fait comprendre : je connais du monde qui était dans le Leopold cafe. Environ 8-9 personnes sont mortes mais eux n'ont été que blessés.